A quoi ça ressemble, un violeur ?

Les Chroniques de la Banalisation

 
 

Le “mal” de notre monde, est banalisé.


Laissez-moi le dire autrement : le mal de ce monde est accepté. Et comme beaucoup le savent déjà, ne pas faire de choix, est également un choix. Ne pas agir, c’est également agir. Mais dans le cas précis d’une agression, d’un viol, que signifie ne pas parler ? Pourquoi une femme garde-t-elle le silence suite à des violences ? Inés Hercovich met en lumière plusieurs pistes qui finalement peuvent se résumer en une seule : nous ne savons pas reconnaître le mal.

Mais qu’est-ce que le mal ? A quoi ressemble-t-il ?

Nous avons tous cette idée préconçue du “mauvais, comme s’il était placardé sur la tête des gens peu fréquentables. Comme s’il allait s’annoncer théâtralement et crier “prenez garde ! Je suis un sale type et j’ai de mauvaises intentions !”. Mais nous ne sommes pas dans un vieux film de James Bond, le méchant ne nous dit rien, le méchant n’est jamais clair. Il est évasif, et c’est bien là le problème. Seulement nous le comprenons souvent bien trop tard.

La plus belle des ruses du Diable est de vous persuader qu’il n’existe pas
— Charles Baudelaire

90%

90% des viols et attouchements ont lieu dans un cercle proche, dans un cercle familiale. Nous avons ouvert une première porte sur les agressions avec #MeToo, beaucoup de viols extérieurs sont médiatisés et révélés au grand jour… Mais où sont passés ces 90% ?! Qui en parle ? Il me semble important de prendre conscience que, parfois et même souvent, le méchant est aussi un père de famille aimant. La méchante est aussi une merveilleuse épouse. Le méchant a aussi sauvé quelqu’un de la noyade. Il est aussi le fils travailleur qu’on a élevé. Qui sait ? Il est rare de croisé un méchant qui est méchant tout le temps, et avec tout le monde.

Je pense que la vérité est bien plus changeante, et qu’elle ne nous arrange pas : le mal est un moment, c’est un mauvais choix. Un choix dirigé par une peur ou par un manque. Un choix qui blesse : un choix qui ne prend pas en compte le respect et l’humanité de l’autre. Je ne crois pas que le mal soit une personne. Et je pense que le véritable conte de fée auquel tout le monde croit n’est pas le grand amour, mais plutôt que nous vivons dans un monde où il existe des “gentils” et des “méchants”. Pour moi, elle est là, la véritable fable.

Trust   (2012) par David Schwimmer avec Clive Owen.

Trust (2012) par David Schwimmer avec Clive Owen.

Alors, comment faire pour s’y retrouver ?

Nous avons besoin de repères. Et de repères solides et concrets. Et pas seulement une pauvre et pathétique loi bien trop vague et incomplète, surtout lorsqu’on sait que “dans la plupart des pays, les lois exigent encore que la victime prouve son innocence”, qu’il y ait “assez de marques”. Non mais sérieux… Nous en sommes là. Nous sommes en 2018 et nous en sommes toujours là.

Nous avons besoin d’éducation, nous avons besoin de prévention : nous avons de parler. Qui est garant de la morale aujourd’hui ? Qui nous apprend comment nous comporter avec bienveillance envers autrui ? Qui nous explique ce qu’est réellement un viol, et qu’il en existe même au sein d’un couple marié ? Personne. Ce qui veut dire que c’est à tout le monde de le faire, et ça commence par moi, maintenant. Et ça commence par vous,

maintenant

Le Monde de Charlie   (2012) avec Logan Lerman, Emma Watson, Ezra Miller…

Le Monde de Charlie (2012) avec Logan Lerman, Emma Watson, Ezra Miller…

Alors parlons. Échangeons, ensemble, sur nos expériences, afin que jamais elles ne se reproduisent. Et écoutons, écoutons avec empathie et respect. L’un de nos meilleurs moyens d’enseigner est de montrer l’exemple. Nous apprenons tous par imitation - consciente ou non - en fonction des comportements que nous observons chaque jour. Alors soyons de ceux qui parlent.

Pour que chacun de nous n’est plus à se taire. Pour que tout le monde sache qu’un viol ou un abus, ça n’arrive pas que dans la nuit noire, mais hélas aussi en plein jour, entouré de visages familiers. Pour que les agressés sachent qu’ils méritent toute la reconnaissance et la compassion de l’univers. Pour que les agresseurs apprennent ce que veut dire “non” et comprennent comment respecter les limites invisibles de l’autre.

Parce que je sais qu’il y a des hommes parmi vous qui souffrent également de toutes ces peurs venant des femmes, et qui ne savent plus comment interagir avec elles. Et qu’il y en a d’autres qui crèvent littéralement de culpabilité d’avoir été trop démonstratif d’un désir par le passé. De la même manière qu’il y a des femmes qui s’en veulent de ne pas avoir su poser des limites évidentes à l’époque, et qui aujourd’hui ne savent toujours pas mettre de mots ou d’émotions sur ce qu’elles ont vécu.

qui d’autres que nous

pour construire une culture du consentement ?

Parlons-en.

1.2.3...SOLEIL ! STAY TUNED ( ((♥)) )


 
 

☼ BONUS ☼

Je trouve ça un peu délicat de mettre “bonus” à la fin d’un article pareil, genre “tiens, t’as pas pris assez cher pendant la lecture, bouffe-moi ça.”. Bah en fait c’est exactement ça parce que maintenant je vous propose une petite sélection maso sur le sujet. Évidemment le but n’est pas de se faire du mal, mais d’amener une réflexion sur le sujet qui nous rend capable d’agir ensuite. Si vous êtes déjà à la limite de la nausée, ne forcez pas.

☼ Trust : réalisé par David Schwimmer - ouais Roce de Friends mais c’est tout sauf friendly ! Cependant il traite avec intelligence le versant psychologique de l’abus, et tout ce qui tourne autour. Tout le film n’est pas malsain, même s’il traite évidemment d’une thématique abominable. Je pense néanmoins que c’est un film qui mérite le détour, ne serait-ce que d’un point de vu prévention et compréhension de ce genre d’événement.

☼ Le Monde de Charlie : ah comment ne pas parler de cette merveille ! L’abus est un sujet très secondaire dans le film, mais tout de même traité de manière très réaliste. Il aborde également le sentiment de solitude et de décalage, voir de folie, qu’on peut parfois ressentir face au monde inconnu qui nous entoure.

Retrouve Ton Porc : OMG c’est un article et un podcast tellement intéressant que je crois que je ferais un article entier dessus ! Il répond à une question plus qu’essentielle dans ce débat : mais que se passe-t-il donc dans la tête d’un agresseur ? Je vous laisse découvrir ce petit bout d’humanité.

A quoi ça ressemble un violeur.png