Film ☼ Hitch


 
Hitch   (2005) avec Will Smith & Eva Mendes

Hitch (2005) avec Will Smith & Eva Mendes

La psycho fait son cinéma

En regardant Hitch pour la énième fois (oui j’adore ce film), j’ai encore compris quelque chose ! Une nouvelle prise de conscience tentait déjà de se frayer un chemin, sans pour autant parvenir à mettre en forme cette épiphanie latente. Heureusement, nos films préférés ont vraiment ce don, de même que les livres, de mettre en mouvement nos émotions et d’illustrer nos vérités profondes.

Au moment du dîner galant, Alex Hitchens (Will Smith) déclame un poème en l’honneur de cette soirée : “Ne jamais mentir, voler, tromper ou s’enivrer. Mais si tu dois raconter des histoires, réinvente l’amour dans les bras de ta dulcinée. Si tu dois voler, envole-toi loin des personnes négatives. Si tu dois tromper, trompe la fatalité. Si tu dois t’enivrer, enivre-toi de moments d’une intensité à couper le souffle.”


Hitch - Poème.png

PINTEREST-moi !


cache-cache-coeur 

Que nous-dit ce poème ? Eh bien, que si nous devons tromper, nous devrions tromper la fatalité, la mort, l'échec, et non faire preuve d’adultère. En d’autres terme, que si nous devons utiliser la tromperie, que ça soit au service de plus grandes et nobles causes. Rien de bien fou jusque là me direz-vous. Et pourtant ! Il y a derrière cet innocent et romantique lyrisme, l'une des plus grandes clés de la psyché humaine, un des paradoxes les plus chiants de l’histoire.

En effet, il se trouve qu'on ne peut pas bannir une seule émotion, sans bannir toutes les autres. On ne peut pas supprimer un seul et unique sentiment, sans anesthésier tout le reste. C'est tout ou rien. Si vous avez déjà eu le cœur brisé, vous savez que bien souvent on ne veut pas ressentir cette immense tristesse les premiers jours, et qu’alors on entre dans un déni total qui masque tout, le temps d’être assez fort pour digérer le vide. Le seul moyen de faire son deuil est ensuite de lâcher-prise pour enfin s'autoriser à ressentir cette peine pleinement et profondément.

C'est d'ailleurs ce que finit par comprendre Hitch lorsqu'il dit : "Maintenant je sais ce que je veux : je veux être malheureux. Du genre super malheureux ! Pourquoi pas oui, si je dois passer par là pour enfin être heureux."

Maintenant je sais ce que je veux :
je veux être malheureux.
— Hitch

La divine DICHOTOMIE

Et ce que je n'avais pas encore compris à l'époque, c'est que si l'on ne peut pas bannir une émotion sans ôter toutes les autres en même temps, il en va de même pour les valeurs ! Aujourd'hui, il m’apparaît clairement impossible de bannir la méchanceté, sans son opposé : la gentillesse. De la même manière, si je refuse la valeur de l'égoïsme et que je veux toujours prendre soin des autres... je finis par ne plus prendre soin de moi. Et comble de l'ironie, je ne peux alors plus prendre soin des autres non plus ! En bref : les extrêmes c'est de la mârde. 

Donc maintenant la question qui se pose est : mais bordel, qu'est-ce que je fais alors ? Je ne peux tout de même pas m'en foutre de tout, et il y a certaines valeurs que je ne peux tout simplement pas soutenir, comme le racisme, la trahison, la misogynie, etc. Et si je ne peux pas les virer, je ne peux pas vivre avec non plus ! Comment faire ?

Hitch - Expert en Séduction   (2005) avec Will Smith & Eva Mendes

Hitch - Expert en Séduction (2005) avec Will Smith & Eva Mendes

La fidélité mal placée

Je ne peux pas parler au nom de tous évidement, mais peut-être que la réponse que j’ai trouvé vous aidera aussi. Et en ce qui me concerne, la valeur qui m'a donné du fil à retordre, c’est l'infidélité. Pour moi, c'était vraiment quelque chose d'intolérable, que je refusais catégoriquement, que cela vienne de moi ou d'un tiers. Et, par malheur, j'ai fini par réussir à bannir toute forme de trahison. Le problème, c'est que lorsque vous êtes quelqu’un d’engagé, qui n’a qu’une parole, et que vous êtes absolument fidèle à tout et à tout le monde... il y a forcément un parti qui se sent trahi : vous.

En voulant honorer chacun de mes engagements, j’en avais fini par oublier ceux que j'avais envers moi-même. Annuler une sortie parce que j'étais fatiguée était un crime. Si je devais quitter un boulot, j'angoissais pendant des jours de démissionner et culpabilisais de les "laisser tomber". Résilier un bail faisait de moi une ingrate cruelle et sans cœur. Peut-être avais-je des choses à apprendre de l'infidélité finalement ? EH BAH VOOILAAAA !

Épiphanie du jour : les valeurs - dont l'infidélité - sont peut-être simplement des outils à mettre au service de son bonheur et de ce qu’on désire incarner. Et comme chaque outil, ça ne serait qu’une question d’utilisation appropriée. Suite à cette révélation, j'ai peu à peu appris à accepter toutes les valeurs ET surtout appris à les placer où je voulais. Je choisis donc d'être avant tout fidèle à moi-même, avant de penser à ce que les autres attendent de moi. Et franchement... ça fait du bien !

il n'y pas de bonnes ou de mauvaises valeurs,
Il n'y a que des utilisations maladroites.

Il suffit de savoir où les placer pour soi

 

1.2.3...SOLEIL ! STAY TUNED ( ((♥)) ) 


☼ bonus ☼

A vous de jouer ! : à la manière du poème, réécrire et replacer ses valeurs peut avoir un effet très libérateur : si je devais mentir, j’omettrais de me plaindre. Si je devais tricher, je tricherais sur mon régime. Si je devais voler, je volerai ton coeur… vous voyez le genre ? (Vous n’êtes pas obliger de le faire aussi tarte que ça, bien entendu).

Sceptique ? Pour aller plus loin, je vous propose le splendide TED de Brenée Brown ! C'est plutôt marrant parce qu’en fait, j’avais déjà vu cette vidéo il y a plusieurs années, et j’étais complètement passé à côté… Timing !


Pinterest-moi !

Hitch - La Psycho fait son cinéma.png