Je fais trop de choses

 
 

Des fois, je me dis que je fais trop de choses.

Que je suis trop ambitieuse, que je m'éparpille trop, que je suis une marie-couche-toi-là des hobbies, que je m'intéresse à des futilités, que je change trop souvent de coupe de cheveux, de sport... Bref, je me dis que je suis bizarre, et que je ne devrai pas sauter de la recherche sur l'investissement immobilier à taux dégressif, aux interviews sous hypnose des gens enlevés par des aliens.

Des fois, j'ai cette petite voix nasillarde et prétentieuse qui résonne dans ma tête, dans le fin fond de sa caverne en criant "Les gens biens n'ont qu'un seul boulot. Ceux qui réussissent ne changent pas d'avis tout le temps, ils ne remettent pas tout en question constamment. Ils ne s'aventurent pas à la vie d'artiste et font des choses concrètes. Ils ne sont jamais fatigués et travail d'arrache-pied. Ils ne..." blablablatout-ce-que-je-ne-suis-pas-blablablabla

Et puis finalement, après une énième conférence TED, je finis par faire des recherches plus approfondies sur l'intervenant, et je tombe sur ça... Et franchement tout ce qui me vient à l'esprit, c'est que finalement, je n'en fais peut-être pas encore assez finalement 🤪

Capture.PNG

Quand je pense aux nombres d'années passées à se culpabiliser connement d'aimer trop de choses. Comment peut-on s'en vouloir d'être émerveiller de tout ?! De se découvrir autant de passion chaque année ?! D’avoir envie d’essayer de nouvelles choses sans arrêt ?! Il n’y a pas de ligne d’arrivée, pas de récompense, pas de réussite. Il n’y a rien. Il n’y a que du vide et le sentiment déchirant d’être passer à côté de tout ce qui nous appelaient. D’être passer à côté de sa vie et des élans de son coeur.

"Alors tu veux faire quoi dans la vie ?"

TOUT.

On nous a élevé sous la pression du choix unique. Choisir un métier, un diplôme, une activité, un sport, un mec, une maison, une couleur préférée... Pourquoi ? Pourquoi faut-il choisir ?! Moi je veux toutes les couleurs. Je veux toutes les vies. Je veux tous les pays. Je crois qu’il est temps de reconsidérer ce qu’est la réussite. Car que pourrait-elle bien être d’autre, que d’avoir oser un jour suivre son bonheur ? En vert, bleu, et contre tout ?

VIVONS.