Le Pouvoir de la Vulnérabilité


 
Le pouvoir de la vulnérabilité Brené Brown.png

Par Brené Brown

En remettant à jour mes articles, je me suis rendu compte du nombre de fois que j’avais évoqué ce TED et cette femme incroyable ! Pour les petits curieux elle a même sa place sur Netflix maintenant, avec Appel au courage ! Alors je crois qu’il était plus que temps que je vous présente son travail un peu plus personnellement. Sans plus attendre, ladies and gentlemen, voici une compilation des plus poignantes découvertes de Brené Brown concernant la vulnérabilité.

 
 

HAN LA HONTE !

On peut vraiment comprendre la honte facilement si on la considère comme la peur de l'isolement. Il y a-t-il quelque chose chez moi qui ferait que, si d'autres le savaient ou le voyaient je ne mériterais pas d'être en relation avec eux ? Il y a une chose que je peux vous en dire : c'est universel ; on a tous ça. Les seules personnes qui n'éprouvent pas la honte sont celles qui sont incapables d'empathie ou de relations humaines. Personne ne veut en parler, et moins on en parle, plus on la ressent. Ce qui est à la base de cette honte, ce "Je ne suis pas assez bien" […]

Si je prenais les gens que j'avais interviewés, et que je les divisais grossièrement en deux catégories : ceux qui croyaient vraiment en leur propre valeur -- c'est à cela que ça se résume, croire en sa propre valeur -- ils ont un fort sentiment d'amour et d'appartenance -- et ceux qui ont du mal avec ça, ceux qui se demandent tout le temps si ils sont assez bien. Il n'y avait qu'une variable qui différenciait ceux qui ont un fort sentiment d'amour et d'appartenance de ceux qui ont vraiment du mal avec ça. Et c'était que ceux qui ont un fort sentiment d'amour et d'appartenance pensent qu'ils méritent l'amour et l'appartenance. C'est tout. Ils pensent qu'ils le méritent. […]

C’est à cela que ça se résume :
croire en sa propre valeur.
— Brenée Brown

Appel au Courage !

Ce qu'ils avaient en commun, c'était un sens du courage. […] Le courage, la définition originelle du courage, lorsque ce mot est apparu dans la langue anglaise -- il vient du latin "cor", qui signifie "cœur" -- et sa définition originelle était : raconter qui nous sommes de tout notre cœur. Ainsi, ces gens savaient, très simplement, le courage d'être imparfaits. Ils avaient la compassion nécessaire pour être gentils, tout d'abord avec eux-mêmes, puis avec les autres, car, à ce qu'il semble, nous ne pouvons faire preuve de compassion envers les autres si nous sommes incapables d'être gentils envers nous-même

Et pour finir, ils étaient en relation avec les autres, et -- c'était ça le noyau dur -- de par leur authenticité, ils étaient disposés à abandonner l'idée qu'ils se faisaient de ce qu'ils auraient dû être, de façon à être qui ils étaient […] Ils adoptaient complètement la vulnérabilité. Ils pensaient que ce qui les rendait vulnérable les rendait également beaux. […] Ils parlaient de la volonté de dire "Je t'aime" le premier, la volonté de faire quelque chose quand il n'y a aucune garantie de réussite, la volonté de ne pas retenir son souffle en attendant le coup de fil du médecin après une mammographie. Ils étaient prêts à s'investir dans une relation qui pourrait marcher, ou pas. Ils pensaient que c'était essentiel. […]


Quote - Brené Brown Breakdown .png

Pinterest-moi !


On ne peut pas anesthésier ses émotions de façon sélective. On ne peut pas dire : "Là, c'est ce qui est mauvais. Voilà la vulnérabilité, voilà le chagrin, voilà la honte, voilà la peur, voilà la déception, je ne veux pas ressentir ces émotions. Je vais plutôt prendre quelques bières et un muffin à la banane. […] Alors quand nous les anesthésions, nous anesthésions aussi la joie, nous anesthésions la gratitude, nous anesthésions le bonheur. Et nous nous retrouvons malheureux, et nous cherchons un but et un sens à nos vies, et nous nous sentons vulnérables, alors nous prenons quelques bières et un muffin à la banane. Et ça devient un cercle vicieux. […]

Mais il y a une autre voie, et je vais finir là-dessus. Voici ce que j'ai découvert : c'est d'accepter de se montrer, de se montrer vraiment, de se montrer vulnérable ; d'aimer de tout notre cœur, même si il n'y a aucune certitude -- et ça, c'est vraiment dur, et je peux vous le dire en tant que parent, c'est atrocement difficile -- de s'exercer à la gratitude et à la joie dans ces moments de terreur, où nous nous demandons : "Suis-je capable de t'aimer à ce point ? Suis-je capable de croire en cela avec autant de passion ? Suis-je capable d'être aussi fervent ?" Juste pouvoir s'arrêter et, au lieu de s'imaginer les catastrophes qui risquent d'arriver, de dire : "Je suis simplement reconnaissant, parce que me sentir si vulnérable signifie que je suis vivant." Et pour finir, ce qui je pense est le plus important, c'est de croire que nous sommes bien comme nous sommes. Parce je pense que quand on écoute la petite voix qui nous dit :

"Je suis bien comme je suis"

alors nous arrêtons de hurler, et nous commençons à écouter,
nous devenons plus gentils et plus doux avec notre entourage,
et nous sommes plus gentils et plus doux avec nous-mêmes.


1.2.3...SOLEIL ! STAY TUNED ( ((♥)) ) 


☼ BONUS ☼

Appel au Courage sur Netflix : parfait et hilarant mélange et conférence et de stand-up ! Vraiment je ne m’en lasse pas, j’ai autant ris que pleurer, et souvent les deux en même temps. Vous pouvez également regarder son deuxième TED : Listening to shame.

☼ Dans le même registre, je vous présente Shawn Achor, autre chercheur en psychologie positive cette fois, qui nous explique les habitudes des gens heureux. Merveilleux n’est-ce pas ? Voici : The happy secret to better work !


Pinterest-moi !

Le Pouvoir de la Vulnérabilité.png